Chronique de la Famille Mertens de Wilmars

 

Nous descendons tous de Charlemagne…

La plupart des Belges qui s’intéressent tant soit peu à la généalogie vous diront qu’ils descendent de Charlemagne. Et bien, pour les Mertens de Wilmars, le lien est quasiment confirmé. En voici la petite histoire.

Pour rejoindre Charlemagne à partir de la famille Mertens, il faut remonter à certains moment de manière cognatique (par les femmes). Remontons donc dans la généalogie des Mertens jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, au premier des brasseurs, Pierre-Jean Mertens (1796-1852) établit à Boom. Son père, Michel François Joseph, dit Franz, Mertens (1771-1840) avait épousé une van DAMME, Marie-Catherine Françoise (1771-1827) fille d’un brasseur (ce qui n’est pas sans lien avec la futur profession de son fils Pierre-Jean, mais ceci est une autre histoire !).

En seconde noce, Pierre Joseph van DAMME (1733-1806), le brasseur, épouse Marie-Thérèse van REETH de Boom (1739-1814) qui lui donnera 10 enfants dont Marie-Catherine, femme de Franz Mertens.

La généalogie de la famille van REETH remonte sans anicroche jusqu’au XIIIème siècle, jusqu’à Hendrick van REETH (1270 – 1309). Le père de ce dernier s’appelait Jan BERTHOUD – van REETH, fils de Ludovicus BERTHOUD (1210 – 1271), seigneur de Reet et de Grammene. Jan a donc simplement ajouté van REETH (le nom du fief dont il avait hérité) à son nom, sans le titre de seigneur, et ses enfants n’ont repris que la deuxième partie du nom.

Les BERTHOUD, grande famille avec laquelle nous pouvons remonter jusqu’à la fin du XIème siècle, construisirent un château fortifié au confluent de la Dyle et du Rupel aux environs de Rumst (dont Reet fait aujourd’hui partie). Rumst devint alors un important centre commercial. Ludovicus BERTHOUD, seigneur de Reeth donc, est fils de Egidius BERTHOUD, premier seigneur de Reeth. Le frère de Egidius, Walter IV Berthoud était, de son côté, devenu seigneur de Malines.

Leur père, Walter III BERTHOUT (vers 1140 – 1201), descend d’un côté des Berthout, bien sûr, mais sa mère le rattache aux premiers seigneurs de Grimbergen. Walter III épouse Bonne ou Guda de LOOZ. Elle descend de la maison des comtes de Looz et de Rieneck. Le comté de Looz (ou Loon) est un ancien comté important du Saint-Empire romain germanique qui s’étendait approximativement sur la province belge actuelle du Limbourg, sans Tongres ni Saint-Trond. Le père de Bonne était Louis I, comte de Looz et de Rieneck, vicomte de Mainz et sa mère Agnès de METZ, descendante des comtes de METZ.

En remontant quatre générations dans les comtes de LOOZ à partir de Louis Ier, nous arrivons à Giselbert de Looz (vers 985- 1044). Celui-ci avait épousé Luitgarde (ou Emma) de Namur, fille du Comte de Namur, Albert I.

C’est ici qu’il y a un double iatus.

Premier iatus: qui était l’époux de Luitgarde ? Soit, comme nous venons de la mentionner, il s’agit de Giselbert de Looz, soit il s’agit du père de celui-ci, Othon de Looz que certaines sources citent également comme son époux. C’est la chronologie qui tenderait à privilégier Giselbert: en tant que fille de Albert I, comte de Namur, les dates de naissance et de décès possible la rapprocherait des dates de Giselbert plus que de celles de son père Othon. Cependant, le mariage de Luitgarde avec un comte de Looz est bien attesté par les sources.

Deuxième iatus: Luitgarde était-elle bien la fille d’Albert I, comte de Namur ? Certaines sources la cite parmi les enfants du comte, d’autres pas… Impossible de trancher aujourd’hui.

Si donc, nous atteignons Albert I, comte de Namur, la voie vers Charlemagne n’est plus très longue : Albert I a épousé Ermengarde, fille de Charles, Duc de Basse-Lotharingie, lui-même fils de Louis IV, “d’Outremer”, roi de France (936-954). Et là, nous poursuivons notre chemin dans l’histoire de France: Charles III “Le Simple”, Roi des Francs de l’ouest, Louis II “Le Bègue”, Charles II “Le Chauve”, Louis Ier “Le Pieux” fils de… Charlemagne… Quod Erat Demonstrandum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *